-
Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Sémantique des Possibles Argumentatifs et Analyse Linguistique du Discours. Hommage à Olga Galatanu > Section 3. Études contrastives: la part du culturel dans les représentations sémantiques

Article
Publié : 15 janvier 2015

Stéréotypes réciproques en France et au Japon : résultats d’une enquête auprès d’étudiants français et japonais


Kumiko ISHIMARU, Chargée de cours titulaire, Université des études étrangères de Kyoto (Japon)

Résumé

Cet article, qui est tiré de notre thèse de doctorat soutenue à l’Université de Nantes, s’intéresse à la construction des stéréotypes réciproques en France et au Japon à travers les résultats d’une enquête menée auprès d’étudiants de l’enseignement supérieur (BAC+1 et plus). Recueilli en 2007 et en 2008, le corpus comprend un total de 201 réponses obtenues en France et 182 obtenues au Japon. Pour analyser ce corpus, nous avons pris en compte la fréquence des mots, puis nous avons procédé à une catégorisation que nous avons intégrée, pour finir, à une description selon le modèle de la Sémantique des Possibles Argumentatifs. Nous avons observé des résultats différents et contrastés en France et au Japon. Les étudiants français ont donné des réponses très variées selon leur apprentissage de la langue japonaise, tandis que la majorité des étudiants japonais ont des stéréotypes positifs.

Abstract

This article, extracted from the author’s Doctoral thesis, defended at the University of Nantes, focuses on the construction of reciprocal stereotypes in France and Japan through the results of a survey of post-secondary students (One year of post-secondary studies and beyond). Collected in 2007 and 2008, the corpus contains a total of 201 responses from France and 182 from Japan. To analyze this corpus, the frequency of words were counted and then categorized. Finally, a description was given according to the model of the Semantics of Argumentative Possibilities. Different and contrasting results were observed in France and Japan. French students gave a variety of responses, depending on their mastery of the Japanese language, while the majority of Japanese students had positive stereotypes.


Table des matières

Texte intégral

Dans les journaux, les magazines, les livres pour enfants, la publicité, à la télévision, etc., les stéréotypes nous entourent dans tous les domaines et font partie intégrante de notre vie quotidienne. Il en est de même dans l’enseignement des langues. C’est pourquoi l’enseignement-apprentissage des langues et cultures étrangères nécessite des études comparatives prenant en compte à la fois la langue et la culture cibles et la langue et la culture des apprenants. Cet article s’intéresse donc à la construction des stéréotypes et des images de soi et de l’autre en France et au Japon à travers les résultats d’une enquête menée auprès d’étudiants. Il a également pour objectif de confronter nos résultats au monde réel, en analysant les valeurs sémantiques.

Nous avons réalisé notre enquête à différentes périodes : de janvier à mars 2007 en France, en juin-juillet 2007 et en juin 2008 au Japon. En France, nous avons recueilli les réponses de 201 étudiants âgés de 18 à 22 ans, de l’Université de Nantes, de l’École de management Audencia, de l’Institut Supérieur Européen de Gestion (ISEG, École de commerce) et de l’École Internationale Tunon (école de Tourisme). Au Japon, nous avons interrogé 182 étudiants de l’Université des études étrangères de Kyoto, âgés entre 18 et 24 ans.

En France, sur les 201 étudiants, 99 (53 femmes et 46 hommes) étaient des apprenants de la langue japonaise et 102, des non-apprenants (71 femmes et 31 hommes). Au Japon, 138 des étudiants japonais (104 femmes et 34 hommes) étaient des spécialistes en langue française et 44 (34 femmes et 10 hommes) étaient des non-spécialistes. Il nous a été impossible d’obtenir des réponses auprès de groupes d’étudiants homogènes, c’est-à-dire se caractérisant par les mêmes conditions d’apprentissage (durée d’apprentissage, niveau, etc.), mais la durée d’apprentissage des étudiants non spécialistes en langue française est de moins de trois mois.

Nous avons préparé un questionnaire en français et une version en japonais qui reprend les mêmes questions concernant le pays et les habitants de l’autre pays.

Les questions posées auprès des étudiants français sont les suivantes :

Image1

Les questions posées auprès des étudiants japonais sont les suivantes (original en japonais) :

Image2

C. Méthode d’analyse

Pour l’analyse de notre enquête, nous avons d’abord utilisé la catégorisation des stéréotypes de Cain et Briane (1994), qui avaient mené des enquêtes auprès de collégiens et de lycéens français qui apprennent l’allemand, l’anglais, l’arabe, le chinois, l’espagnol, l’hébreu, le portugais ou le russe. Les résultats des enquêtes ont été classifiés en treize domaines : 1. Traits des habitants, 2. Mode de vie, 3. Structure et organisation de la société, 4. Modernité, 5. Traditions, 6. Histoire, 7. Politique, 8. Économie, 9. Culture, 10. Paysage construit, 11. Paysage naturel, 12. Connotations affectives, 13. Attributions erronées. Ce modèle d’analyse nous a permis d’appréhender les différents domaines pour lesquels les étudiants éprouvent de l’intérêt et de déterminer leurs stéréotypes.

Nous avons également utilisé la catégorisation d’Honoré (1994) et d’Azra et Ikezawa (2005) pour analyser les stéréotypes du Japon et des Japonais. Honoré a catégorisé les stéréotypes en huit catégories positives et en huit catégories négatives : 1. Énergie Violence, 2. Consensus Conformisme, 3. Spiritualité Ésotérisme, 4. Esthétique Mièvrerie, 5. Tradition Archaïsme, 6. Honneur Aliénation, 7. Souplesse Duplicité, 8. Innovation Déculturation. Azra et Ikezawa ont ajouté à cette catégorisation deux autres stéréotypes positifs et deux négatifs : 9. Nouvelle pop culture Sous-culture, 10. Érotisme Perversion.

Quant aux stéréotypes de la France et des Français, nous avons conçu notre propre catégorisation en nous référant à ces dix catégories positives et négatives et aux résultats de notre enquête.  

Concernant les stéréotypes qu’ont les Japonais, Azra et Ikezawa expliquent que : « [l]es stéréotypes positifs sur les Japonais représentent ce qu’ils envient aux Français et les stéréotypes négatifs sont un complexe de supériorité vis-à-vis des Japonais » ; « [l]es deux faces des stéréotypes concernant les Japonais sont une projection de soi-même des Français » (2005 : 89 ; notre trad.). À partir de ces principes, pouvons-nous dire que les stéréotypes positifs que les Japonais ont de la France ou des Français seraient la projection d’un désir inconscient et que les stéréotypes négatifs représenteraient les défauts des Français et les attitudes de supériorité des Japonais ? Nous avons donc conçu notre catégorisation sur la base des antithèses prévues pour les catégories d’Honoré (1994) et d’Azra et Ikezawa (2005) :

Image3

Tableau 1. Catégories des stéréotypes que les Japonais ont de la France et des Français

 

Pour analyser des stéréotypes concernant les deux pays, nous avons posé la question 1 : Quels sont les mots que vous associez au Japon / à la France ?

Dans le tableau ci-dessous, nous présentons le nombre des occurrences et les pourcentages des résultats de notre enquête classifiés selon les treize catégories établies par Cain et Briane (1994) :

Image4

Tableau 2. Catégories des stéréotypes associés au Japon par les étudiants français

 

Nous analyserons les résultats obtenus en mentionnant les valeurs positives et négatives, à la manière d’Honoré (1994), Azra et Ikezawa (2005) et Ishimaru (2012). Dans cet article, ces valeurs seront indiquées entre crochets [  ], alors que les catégories de Cain et Briane (1994) seront données en italiques.

Les réponses les plus nombreuses se sont concentrées dans la catégorie 9. Culture, aussi bien pour les apprenants que pour les non-apprenants de la langue japonaise. Ensuite, les réponses des catégories 2. Mode de vie et 5. Traditions étaient nombreuses. Ces trois catégories sont donc les domaines qui catalysent l’intérêt des étudiants français. Nous avons relevé beaucoup de mots sur l’art et la culture, à commencer par « manga(s) » (76 réponses au total) et « jeux vidéo » (15). Des titres de mangas et d’animés (animations) ou des (réalisateurs de) films ont été cités.

Il est à noter que 10 réponses concernant la rubrique Traits physiques (une sous-catégorie de 1. Traits des habitants) ont été données seulement par les non-apprenants du japonais, par exemple « yeux bridés », « petit », « jaune », etc. Ils sont catégorisés dans [Mièvrerie], mais cela est peut-être dû au fait que les étudiants ont peu de contact avec les Japonais.

Dans l’ensemble, nous avons ainsi trouvé plus de réponses négatives chez les non-apprenants. Dans la rubrique Habitat de 2. Mode de vie, les non-apprenants ont donné 13 réponses négatives (valeur [Aliénation]), par exemple « surpeuplé », « surpopulation », « petits appartements » et « peu de place », contre 3 réponses des apprenants.

Les réponses « travail, travailleurs » étaient aussi nombreuses parmi les non-apprenants. Elles peuvent être catégorisées positivement et négativement, selon les contextes, dans la catégorie 3. Structure et organisation de la société.

En ce qui concerne 6. Histoire, à part « kamikaze(s) », relevé à la fois chez les apprenants et les non-apprenants, et des réponses assez neutres telles « Edo » ou « histoire », nous avons constaté que les non-apprenants ont cité des mots violents à valeur négative : « hara-kiri », « Pearl Harbor », « bombe nucléaire », « invasion ».

Une seule réponse a été donnée pour 7. Politique et c’est une preuve que les étudiants y attachent très peu d’intérêt. En revanche, en raison du nombre important d’étudiants en commerce parmi les non-apprenants, les réponses de 8. Économie étaient plus variées que chez les apprenants du japonais : des noms d’entreprises, « électronique », « appareil photo », « puissance mondiale/économique ».

Pour 13. Attributions erronées, nous avons trouvé une seule réponse (« nems ») chez les apprenants et 15 réponses chez les non-apprenants qui confondent le Japon et d’autres pays asiatiques : « taekwondo », « nems », « pays en développement », « ching-chong » ou « pieds bandés ».

Les valeurs positives des mots étaient nombreuses dans [Énergie], [Consensus], [Spiritualité], [Esthétique], [Tradition], [Innovation] et [Nouvelle pop culture], et les valeurs négatives dans [Ésotérisme] et [Aliénation (humaine)].

Le nombre d’occurrences et les pourcentages des résultats des étudiants japonais sont les suivants :

Image5

Tableau 3. Catégories des stéréotypes associés à la France par les étudiants japonais

 

La réponse la plus fréquente a été dans le domaine 10. Paysage construit, et on mentionne surtout des lieux célèbres et touristiques tels que Paris (77 réponses), La Tour Eiffel (52), Musée du Louvre (14), Arc de triomphe (13), etc.

La différence notable entre les étudiants spécialistes et non spécialistes est l’apparition de 11 réponses de valeur négative [Égoïste] seulement de la part des spécialistes dans la rubrique Comportements de 1. Traits des habitants, par exemple « fiers » (2), « ceux qui détestent l’anglais » (1), « égoïstes » (1), « ceux qui aiment la France » (1) ou « ceux qui ne parlent que le français » (1). L’occurrence de réponses négatives en rapport avec l’apprentissage de la langue est un phénomène exactement opposé à celui qu’on trouve chez les étudiants français. Cette attitude négative est pourtant justifiée, puisque les étudiants japonais ont une grande admiration ou aspiration, appelée « akogare », et une image très positive de la France avant de commencer à apprendre la langue et ils découvrent ensuite la réalité qui ne correspond pas forcément à leur imaginaire.

Dans le domaine 9. Culture, les étudiants spécialistes ont cité des expressions de salutation en français (rubrique Langue). Les stéréotypes positifs sur la [Culture] sont nombreux et concernent l’art ou la culture : « Paris collection » (26 réponses), « mode » (24), « marques » (22), « parfum » (11 réponses, données seulement par les étudiants spécialistes). Les spécialistes ont souvent cité des noms concrets. Il y a eu également 4 réponses concernant le « football » et des sportifs.

Quant à la rubrique Opinions envers pays et/ou habitants de 12. Connotations affectives, beaucoup de réponses positives sur l’[Esthétique] sont apparues : « coquette, chic » (16 réponses), « beau, belle » (5). Il y a aussi eu 4 réponses sur la [Tradition] : « pays historique », « lieux historiques ».

Nous signalons que nous n’avons eu aucune réponse dans 13. Attributions erronées, ni de la part des étudiants spécialistes ni de la part des non-spécialistes. C’est une tendance tout à fait inversée entre les non-apprenants du japonais et les étudiants français. Il nous semble que cette différence explique que les étudiants japonais ont en général plus de connaissances et de renseignements sur l’autre pays par rapport aux étudiants français.

Selon Pungier (2007), l’« akogare » (aspiration, admiration, adoration, rêve, etc.) est un élément important dans le choix de la langue étrangère que les étudiants japonais apprennent à l’université. En effet, les étudiants japonais (les spécialistes et les non-spécialistes) ont eu beaucoup plus de stéréotypes positifs.

Conformément à la remarque de Cain et Briane (1994 : 30-31) : Termes proprement génériques  Termes génériques orientés  Termes spécifiques non exclusifs  Termes spécifiques exclusifs, nous avons constaté, concernant la précision des termes utilisés, que le nombre des réponses plus concrètes ou écrites dans la langue d’apprentissage, i.e. en français, augmente avec les années/niveaux d’apprentissage de la langue.

Nous avons ensuite posé aux étudiants la question 2 : « Faites des phrases en commençant par “Les Japonais/Français sont...”, “Les hommes japonais/français sont...”, “Les femmes japonaises/françaises sont...”, autant que vous pourrez, s’il vous plaît », afin d’observer les stéréotypes réciproques sur les citoyens de la France et du Japon.

Le stéréotype le plus fréquent sur les Japonais a été « travailleurs » (49 réponses au total, étudiants apprenants et non-apprenants confondus). Cependant, la première réponse des apprenants a été « polis » (34) et la deuxième, « respectueux » (22) (toutes les deux ayant la valeur [Consensus]), tandis que la réponse des non-apprenants a été « travailleurs » (29) en premier.

Les réponses positives se concentrent dans la valeur [Consensus] qui représente une image des Japonais courtois, par exemple « polis » (39 réponses), « respectueux » (22), « discrets, réservés » (14), « accueillants » (12), « disciplinés » (11). Nous avons également reçu 10 réponses « traditionnel » (valeur [Tradition]), « avancés/évolués technologiquement » (10) (valeur [Innovation]) et autres.

Quant aux réponses négatives, beaucoup de réponses ont concerné la valeur [Mièvrerie] : « petits » (37 réponses), « timides » (6).

Honoré (2007) a déjà mentionné le mot « petit » dans son article, qui portait sur des articles du journal L’Équipe relatifs à la coupe du monde. Selon lui, les joueurs japonais et coréens ne sont pas petits et sont même plus grands que les champions argentins, mais les journalistes utilisent l’adjectif « petit » et il s’agit d’une « représentation opiniâtre et doxique » (Honoré 2007 : 154). Il y a eu également les réponses « stressés » (3), « nombreux » (3), dans la valeur [Aliénation], et « hypocrites » (2) et « présentent toujours une façade » (1), dans [Duplicité].

Concernant les hommes japonais, la première réponse (13 réponses) a été « travailleurs » (valeur positive/négative). Elle vient sans doute d’une image des hommes d’affaires. Nous avons eu 4 réponses pour « polis » et autant pour « fiers », dans les valeurs positives, et 7 réponses pour « machos, machistes », dans la valeur d’[Aliénation]. Cette dernière correspond parfaitement à un stéréotype des femmes japonaises « effacées derrière leurs maris ».

D’autres stéréotypes sur les femmes japonaises ont été « belles » (20 réponses), « jolies, mignonnes » (17) ou « coquettes, bien habillées », dans la valeur [Esthétique]. Dans les valeurs négatives, il y a 11 réponses pour « petites », 8 pour « timides » et 3 pour « délicates, fragiles » (toutes dans la valeur [Mièvrerie]).

Nous avons observé, d’une part, une image traditionnelle négative des Japonaises : « soumises » (7 réponses, [Aliénation]), d’autre part les réponses « européanisées, occidentalisées » (4 réponses, [Perte de tradition]) et « modernes » (2 réponses, [Innovation]) dans les valeurs positives.

Les stéréotypes sur les Français que nous avons pu observer sont de ceux qui étaient spécifiques au Japon depuis longtemps. Les premiers par ordre de fréquence ont été « chic » (22 réponses), « grands » (7), « avoir “un long nez” » (3 réponses : cette expression n’est ni négative ni péjorative, car les Japonais pensent souvent que les nez des Occidentaux sont beaux parce qu’ils sont « longs » (on dit « haut » en japonais)), « beaux » (3) et « élégants » (3) dans les valeurs positives et [Esthétique].

Les réponses positives sont, par exemple, « Les Français vivent pour l’amour », « Les Français aiment les histoires d’amour », en valeur positive [Amour], ou « Les Français s’expriment franchement » (2), « Les Français sont logiques » (2), en valeur [Expression de soi]. Le reste des valeurs positives ont été relatives au caractère des Français : « larges » (1), « nonchalants » (1), « Les Français sont à leur rythme » (1) (valeur [Humanité]), « ceux qui se mettent en colère violemment, mais l’oublient tout de suite et complètement », « Les Français sont assez gentils, si on leur parle en français » (valeur [Honnêteté]).

La réponse négative la plus fréquente a été « fiers » (9 occurrences, valeur [Égoïste]) et a été suivie par « patriotiques » (5 occurrences). Les opinions en valeur [Désaccord] ont beaucoup concerné l’anglais : « Les Français sont froids, si on leur parle en anglais » (1), « Les Français font semblant de ne pas savoir parler l’anglais, bien qu’ils le sachent » (1), « Les Français ne veulent pas parler l’anglais  » (1). Ces réponses se rapportent à d’autres stéréotypes comme « difficiles » ou « fermes », qui relèvent de la valeur [Entêtement].

D’autre part, quelques réponses sur l’odeur corporelle ou la fréquence des bain des Français (valeur négative de [Désordonné]) méritent d’être notées, puisque Cain (1992 : 274) avait constaté : « Aucune odeur n’est mentionnée. On aurait pu s’attendre à ce que l’odorat joue un rôle dans les représentations, mais c’était compter sans les tabous olfactifs qui règnent dans les sociétés occidentales ». Nos étudiants ont pourtant mentionné ce tabou dans leurs réponses.

Quant aux hommes français et aux femmes françaises, les occurrences les plus fréquentes ont été « chic ».

On note 5 réponses négatives sur les hommes français dans la valeur d’[Humanité] (« Les hommes français sont gentils (envers les femmes) ») et de [Faiblesse] (« Les hommes français ont un faible pour les femmes »).

La majorité des réponses sur les femmes françaises convoquent la valeur [Esthétique], comme « belles ». Gras et Corbeil (2008 : 68) affirment que : « [l]es Parisiennes sont vues comme “étant le summum” des femmes qui ont de la classe et du raffinement puisqu’ils [les étudiants japonais] s’imaginent même que la majorité des Françaises s’habillent, se parfument toutes avec de grandes marques ».

La quasi-totalité des stéréotypes sur les Parisiens et les Parisiennes a été, en effet, « chic » ([Esthétique]). Surtout, nous avons compté 31 réponses sur les Parisiennes. Ce nombre a été largement dépassé celui sur les Français. Ce résultat témoigne probablement d’une influence de l’image des Parisiennes construite par les médias, surtout par les magazines féminins japonais.

Pour la question 3 : « Si vous avez l’expérience d’un séjour au Japon/en France, votre image du Japon/de la France et des Japonais/Français a-t-elle changé après votre séjour ? Si oui, de quelle manière ? Quelles images aviez-vous avant ? », il y a eu 4 réponses d’étudiants français et tous ont dit que leur image du Japon ou des Japonais a changé. À propos du pays, un étudiant a décrit : « Le Japon est un pays encore plus fascinant et plus mystérieux que je ne l’imaginais ». En ce qui concerne les Japonais, ils ont dit qu’ils imaginaient que les Japonais étaient fermés et sérieux, mais ils les ont trouvés accueillants : « Je m’attendais à un peuple fermé et très orgueilleux ; au contraire une fois la barrière franchie, ils sont très chaleureux et fidèles en amitiés » ; « Ils aiment beaucoup ce qui est français (en général). Ils sont très accueillants » ; « Ils sont beaucoup moins sérieux surtout dès que l’on sort un peu le soir, ils aiment beaucoup s’amuser et sont bruyants ». Un étudiant a même ajouté son opinion sur les discours relatifs au Japon : « Beaucoup de choses qui sont racontées par les Français sont fausses ».

Quant aux étudiants japonais, 13 personnes ont effectué un séjour en France et ont répondu à notre troisième question : 8 réponses pour « Oui. Mon image a changé », 5 réponses pour « Non. Mon image n’a pas changé ». Les étudiants qui ont répondu « Oui » avaient autrefois « une belle image » de la France. Sur les Français, ils disent : « Je croyais que les Français étaient vétilleux et difficiles » ; « J’avais pensé que les Parisiens étaient citadins et froids comme les gens de Tokyo, mais à ma surprise, ils étaient gentils. Par exemple, ils nous ont adressé la parole, quand nous étions perdus ou avions un problème » ; « J’avais souvent entendu dire que les Français étaient fiers de leur langue et ne se donnaient pas la peine de parler l’anglais ». Lors de leur séjour en France, ils ont trouvé en réalité que : « Beaucoup de gens étaient gentils (surtout lorsque je leur parle en français) » ; « à ma surprise, ils étaient gentils. Par exemple, ils nous ont adressé la parole, quand nous étions perdus ou avions un problème » ; « Au contraire, j’ai vu pas mal de vendeurs qui ne me parlaient pas en français ». Ils mentionnent également la tenue des Françaises en disant « plus modeste que ce que j’imaginais » ou « Beaucoup de gens ne s’intéressent pas tellement à la mode ». Ils avaient sans doute une image des habitants méticuleux ou scrupuleux ; un étudiant a répondu : « Ils n’étaient pas sérieux (rire) ». Les réponses que nous avons obtenues ne sont pas nombreuses et nous ne pouvons donc pas confirmer cette tendance, mais étant donné le fait que tous les étudiants français ont répondu « Oui », tandis que certains étudiants japonais ont répondu « Non », nous pouvons dire que les Français ont une image plus éloignée de la réalité que les Japonais.

Nous représenterons ici nos résultats selon le modèle de la Sémantique des Possibles Argumentatifs1 de Galatanu (1999, 2002, 2007, 2008). La SPA nous permet de structurer une représentation d’ensemble des résultats obtenus, représentation qui est considérée comme étant intégrée à la représentation sémantique et conceptuelle de ce que sont la France et les Français, le Japon et les Japonais.

Les réponses que nous avons fréquemment obtenues sont donc considérées comme étant les représentations discursives stéréotypées dans le monde. Ces stéréotypes se retrouvent au niveau des « possibles argumentatifs » des mots France, Français, Japon, Japonais, c’est-à-dire au niveau de leur potentiel de signification. Selon Galatanu (2007), « [l]es possibles argumentatifs […] représentent des séquences discursives, déployant l’association du mot avec les éléments de son stéréotype et donc calculables à partir du stéréotype. Le stéréotype fonctionne donc comme un dispositif de génération de discours ». Les possibles argumentatifs rendent compte donc de l’ensemble des associations qui sont susceptibles de se manifester en discours, associations inscrites dans la signification des mots même.


Tableau 4. Les représentations sémantico-conceptuelles de « Japon » et « Japonais »

Japon

Japonais

Noyau
(Selon la définition des dictionnaires français
et l’encyclopédie de
Larousse.fr)

Noyau
(Selon la définition des dictionnaires français
et l’encyclopédie de
Larousse.fr)


prédicat nominal

État insulaire d’Asie orientale.

Superficie : 373 000 km2
Nombre d’habitants : 126 536 000 (estim. 2010) 
Nom des habitants : Japonais
Capitale : Tokyo
Langue : japonais
Monnaie : yen


adjectif et nom

Du Japon.

Population du Japon.

Stéréotypes
(Selon
les résultats de notre enquête)

Stéréotypes
(Selon
les résultats de notre enquête)


État insulaire d’Asie orientale DONC pays...

  • de travail / où les gens sont travailleurs
    [Énergie]

  • de trop de travail [Conformisme]

  • où les gens ont fait des kamikazes ou des hara-kiri /
    qui a attaqué les Américains au Pearl Harbor /
    où il y a des yakusas [Violence]

  • discipliné / qui accorde de l’importance
    au respect, à l’humilité ou à la politesse /
    où les gens sont rigoureux et accueillants [Consensus]

  • de zen / de sérénité / de raffinement /
    où il y a beaucoup de temples [Spiritualit
    é]

  • paradoxal [Ésotérisme]

  • des cerisiers / de mer / de montagnes /
    de la nature [
    Esthétique]

  • petit / où les gens ont les yeux bridés /
    où les gens sont petits [Mièvrerie]

  • traditionnel / des geishas / du kimono /
    du sumo / du mont Fuji / des katana (des épées japonaises) /
    des ninjas / des sushis / du riz / des baguettes /
    du saké / du soleil levant / du karaté [Tradition]

  • où les gens sont élitistes / hiérarchiques
    [Archaïsme]

  • où il y a eu des samouraïs / où les gens
    accordent de l’importance à l’honneur [Honneur]

  • surpeuplé [Aliénation]

  • original [Souplesse]

  • de complexité /de dualité [Duplicité]

  • de technologie / de high-tech / moderne /
    fabricant de produits électroniques [Innovation] 

  • urbain / démesuré / de pollution [Déculturation]

  • des mangas / des jeux vidéo [Nouvelle pop culture]
    [Sous-culture]

  • romantique / sexy [Érotisme]

  • excentrique, bizarre [Perversion]


Habitants du Japon DONC ils sont...

  • ...travailleurs [Énergie]

  • ...polis, respectueux, courtois / discrets, réservés /
    accueillants / disciplinés / sérieux / gentils, aimables /
    ponctuels [Consensus]

  • ...trop travailleurs [Conformisme]

  • ...curieux, introvertis [Ésotérisme]

  • ...petits / timides [Mièvrerie]

  • ...traditionnels [Tradition]

  • ...stressés, sous pression /
    sont nombreux, surpeuplés [Aliénation]

  • ...intelligents [Souplesse] [Innovation]

  • ...hypocrites [Duplicité]

  • ...avancés / évolués technologiquement [Innovation]

  • ...extravagants, loufoques [Perversion]


Hommes japonais DONC ils sont...

  • ...travailleurs [Énergie]

  • ...trop travailleurs / sévères, austères [Conformisme]

  • ...calmes, posés, sereins, tranquilles [Spiritualité]

  • ...androgynes [Ésotérisme]

  • ...simples [Esthétique]

  • ...petits / ne sont pas très beaux physiquement [Mièvrerie]

  • ...machos, machistes [Aliénation]


Femmes japonaises DONC elles sont...

  • ...à la mode [Énergie]

  • ...belles, jolies, mignonnes / coquettes / élégantes / soignées [Esthétique]

  • ...petites / sont timides [Mièvrerie]

  • ...soumises, effacées, derrière leurs maris [Aliénation]

  • ...modernes [Innovation]

  • ...européanisées, occidentalisées [Déculturation]

  • ...des femmes enfants [Nouvelle pop culture] [Sous-culture]

Possibles Argumentatifs

Possibles Argumentatifs

Japon DONC...

Japonais DONC...

Hommes japonais DONC...

Femmes japonaises DONC...


Tableau 5. Les représentations sémantico-conceptuelles de « France » et « Français »

France

Français

Noyau
(Selon la définition des dictionnaires français
et l’encyclopédie de
Larousse.fr)

Noyau
(Selon la définition des dictionnaires français
et l’encyclopédie de
Larousse.fr)


prédicat nominal

Un état d’Europe occidentale.

République française.

Superficie (France métropolitaine) 549 000 km2
Nombre d’habitants : 65 477 000 (estim. 2010) 
Nom des habitants : Français
Capitale : Paris
Langue : français
Monnaie : euro


adjectif et nom

De France.

Stéréotypes
(Selon les résultats de notre enquête)

Stéréotypes
(Selon les résultats de notre enquête)


État d’Europe occidentale DONC pays...

  • ...de l’amour / de la Révolution française
    [Expression de soi]

  • ...coquet, chic / beau / de Chanel / de Vuitton /
    de Dior / d’Hermès / de cosmétiques [Esthétique]

  • ...des gens gentils [Humanité]

  • ...des gens fiers [Égoïsme]

  • ...des gens têtus [Entêtement]

  • ...des pains, des baguettes / du fromage /
    du tricolore / du chocolat / du vin / du champagne /
    de l’histoire / du drapeau [Tradition]

  • ...de la cuisine / de Paris Collection / des marques /
    de la mode / du parfum / des cafés /
    de l’art /
    des pâtissiers / de l’Opéra / de la chanson (française) /
    du ballet / du gourmet [Culture]


Habitants de France DONC ils...

  • ...sont romantiques [Amour]

  • ...s’expriment franchement / sont logiques [Expression de soi]

  • ...ne sont pas gentils (si on leur parle en anglais) [Désaccord]

  • ...sont chic / grands / beaux / élégants / ont un long nez [Esthétique]

  • ...ont une (mauvaise) odeur corporelle [Désordonné]

  • ...sont gentils [Humanité]

  • ...sont fiers / patriotiques [Égoïsme]

  • ...aiment le vin [Tradition]

  • ...aiment les cafés [Culture]


Hommes français DONC ils...

  • ...aiment les femmes [Faiblesse]

  • ...sont chic / sont grands [Esthétique]

  • ...sont (très) gentils (pour les femmes) / gentlemen [Humanité]


Femmes françaises DONC elles sont...

  • ...à la mode [Énergie]

  • ...chic / belles / mignonnes [Esthétique]


Parisiens DONC ils sont...

  • ...chic [Esthétique]

  • ...ironiques [Entêtement]


Parisiennes DONC elles sont...

  • ...chic / belles / élégantes [Esthétique]

Possibles Argumentatifs

Possibles Argumentatifs

France DONC...

Français DONC...

hommes français DONC...

femmes françaises DONC...

Parisiens DONC...

Parisiennes DONC...

Nous avons passé en revue les représentations réciproques sur la France et le Japon à partir des résultats de notre enquête auprès de 201 étudiants français et de 182 étudiants japonais. Nous avons ainsi pu observer les domaines qui intéressent les étudiants et les représentations mutuelles, de valeur positive et négative, qu’ils ont envers l’autre pays et son peuple.

Nous avons constaté des résultats différents et des contrastes entre les groupes d’étudiants des deux pays.

En ce qui concerne les étudiants français, une grande différence a été observée entre les non-apprenants et les apprenants de la langue japonaise. Quant aux étudiants japonais, l’occurrence des représentations positives a été manifestement majoritaire, aussi bien chez les étudiants spécialistes que chez les non-spécialistes. Le changement d’image après leur séjour nous a montré une différence intéressante entre les deux pays.

Nous avons enfin représenté nos résultats selon le modèle de la Sémantique des Possibles Argumentatifs de Galatanu. La SPA nous a permis de structurer l’ensemble des représentations sémantiques de nos résultats et d’observer l’association des mots avec les stéréotypes, autour de la France et des Français, du Japon et des Japonais.



Liste des références bibliographiques

AZRA, J.-L., IKEZAWA, A. (2005) : « Furansu ni okeru nihon no sutereo taipu [Stéréotypes sur le Japon en France] », in Furansu go furansu bungaku ronjyu, Fukuoka, Université Seinan Gakuin, 73-106.

CAIN, A. (1992) : « Les stéréotypes, un passage obligé vers la découverte d’une culture étrangère – Une étude inter-pays », in Acquisition et enseignement/apprentissage des langues, Actes du VIIIe Colloque International « Acquisition d’une langue étrangère : perspectives et recherches », Grenoble, LIDILEM, Université Stendhal –Grenoble III, 60-69.

CAIN, A., BRIANE, C. (1994) : Comment collégiens et lycéens voient les pays dont ils apprennent la langue : Représentations et stéréotypes, Paris, INRP, Institut national de recherche pédagogique.

GALATANU, O. (1999) : « Le phénomène sémantico-discursif de déconstruction-reconstruction des topoï dans une sémantique argumentative intégrée », in O. Galatanu, J.-M. Gouvard (éds.), Sémantique du stéréotype, Langue française, n° 123, 41-51.

GALATANU, O. (2002) : « La dimension axiologique de l’argumentation », in M. Carel (éd.), Les facettes du dire, Hommage à Oswald Ducrot, Paris, Kimé, 93-107.

GALATANU, O. (2007) : « Sémantique des “possibles argumentatifs” et axiologisation discursive », in D. Bouchard, I. Evrard, E. Vocaj (éds.), Représentations du sens linguistique. Actes du colloque international de Montréal, Louvain-le-Neuve, De Boeck/Duclot, 313-325.

GALATANU, O. (2008) : « La construction discursive de la dimension temporelle des entités lexicales », in P. Marillaud, R. Gauthier (éds.), Langage, temps et temporalité, 28e Colloque d’ALBI, Langages et Signification, Toulouse, CALS-CPST, 15-24.

GRAS, A., CORBEIL, S. (2008) : « Paris sera toujours Paris ! L’influence des représentations et des stéréotypes sur l’enseignement du français langue étrangère au Japon », Revue japonaise de didactique du français, Vol. 3, n. 2, Études francophones, 60-74.

HONORÉ, J.-P. (1994) : « De la nippophilie à la nippophobie : Les stéréotypes versatiles dans la vulgate de presse », Mots, n° 41, Parler du Japon, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 9-55 [disponible en ligne].

HONORÉ, J.-P. (2007) : « 2002 : le Japon de L’Équipe – Quelques stéréotypes relatifs au Japon et à la Corée dans le discours sportif », in H. Boyer (éd.), Stéréotypage, stéréotypes : Fonctionnements ordinaires et mises en scène, tome 1, Paris, L’Harmattan, 151-161.

ISHIMARU, K. (2012) : Stéréotypes et représentations du soi-même et de l’autre en France et au Japon : regards croisés sur les Français et les Japonais, Thèse de doctorat, Université de Nantes [disponible en ligne : http://archive.bu.univ-nantes.fr/pollux/show.action?id=03f6cfc3-8ba1-489e-9ccf-a22e928adb47].

PUNGIER, M.-F. (2007) : « Désirs de langues – du côté des étudiants », Revue japonaise de didactique du français, vol. 2, n° 1, Études didactiques, Tokyo, Société japonaise de didactique du français, 196-214.

Notes de bas de page


1 La théorie de Galatanu repose principalement sur la notion de stéréotype de Putnam et développe une hypothèse sur les « possibles argumentatifs » : « La “sémantique des possibles argumentatifs” (SPA) [...] a comme point de départ une réflexion sur la proposition de Putnam (1975, 1990, 1994) de décrire la signification des mots en terme de noyau (traits de caractérisation) et de stéréotypes (associés durablement aux mots). Nous y avons ajouté une troisième strate, celle des “possibles argumentatifs”, qui représentent des séquences discursives, déployant l’association du mot avec les éléments de son stéréotype et donc calculables à partir du stéréotype. Le stéréotype fonctionne donc comme un dispositif de génération de discours » (Galatanu 1999 : 48-49).



Pour citer cet article


ISHIMARU Kumiko. Stéréotypes réciproques en France et au Japon : résultats d’une enquête auprès d’étudiants français et japonais. Signes, Discours et Sociétés [en ligne], Sémantique des Possibles Argumentatifs et Analyse Linguistique du Discours. Hommage à Olga Galatanu, 15 janvier 2015. Disponible sur Internet : http://www.revue-signes.info/document.php?id=3884. ISSN 1308-8378.




GSU   Ovidius   Turku   Nantes   Agence universitaire de la Francophonie
Revue électronique internationale publiée par quatre universités partenaires : Galatasaray (Istanbul, Turquie), Ovidius (Constanta, Roumanie), Turku (Finlande) et Nantes (France) avec le soutien de l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF)
ISSN 1308-8378